• FORUM CITOYEN
    FORUM CITOYEN
    Initiative de CE-JILAP, CEDH et OHJ;
    un espace de plaidoyer pour la réforme de la Justice en Haïti.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Comment améliorer la situation de nos paysans ?
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Quels programmes pour la survie de nos enfants ?
INTERVIEW / VIOLENCES SEXUELLES SUR LES FILLETTES, GROSSESSES PRÉCOCES : PROBLÈMES DE SOCIÉTÉ ADRESSÉS PAR KAY FANM PDF Imprimer Envoyer

E-L.-Entrons maintenant dans notre sujet principal, la question de la violence sexuelle sur les fillettes et la grossesse précoce ; mais, sans considérer la grossesse précoce uniquement dans ses rapports avec la violence sexuelle sur les filles.

D.M.-À Kay Fanm, dans le cadre du travail sur la violence faite aux femmes, nous recevons beaucoup de jeunes filles, beaucoup de mineures, c’est-à-dire des fillettes et des adolescentes victimes de violence d’hommes qui se sont autorisés à les violer. De même, nous accueillons beaucoup d’enfants - puisque ce sont des mineures qui n’ont pas encore 18 ans – qui se trouvent dans une situation de grossesse que nous disons forcée, étant donné que ces grossesses ne sont pas désirées et surviennent dans de mauvaises conditions, suite à un viol.

Une deuxième catégorie de filles rencontrées sont celles qui sont amenées par leurs parents parce qu’elles sont tombées enceintes de manière précoce, dans le cadre d’une relation avec un jeune homme ou bien un adulte, parce qu’elles n’utilisent pas de contraception, ne savent pas encore contrôler leur corps ni négocier leurs relations sexuelles qu’elles ne font que subir. Et voilà que l’homme en question disparaît tout bonnement. L’enfant, à ce moment-là, continue à vivre au sein de sa famille où elle est pointée du doigt, où elle est incomprise. Dans le quartier, la situation s’avère encore plus dure pour elle et à l’école, n’en parlons pas, parce qu’en Haïti, la pratique courante consiste à mettre automatiquement à la porte une fillette dès qu’elle tombe enceinte. Dans les écoles, on n’accepte pas de filles-mères, comme s’il existait une relation entre tomber enceinte et l’intelligence humaine. Nous acquérons des connaissances grâce à notre cerveau et non par le biais de notre utérus. Malheureusement, malgré toutes les sensibilisations qui ont été faites à ce sujet auprès des autorités de l’Éducation nationale, celles-ci n’ont jamais organisé un véritable suivi de ce dossier. Pendant longtemps, nous avons entrepris des démarches-plaidoyers auprès de ces autorités pour qu’elles puissent mettre fin à cette pratique. Mais vous savez, nous sommes en Haïti, pays de "laviwonn dede", de changement saisonnier dans les postes administratifs et politiques, il se trouve que tout le monde n’est pas sensible à la question. Cela varie donc avec les dirigeants en place.

Je veux aussi préciser que Kay Fanm - je ne sais pas s’il en existe d’autres - représente la seule organisation à avoir un centre spécialisé pour accueillir les enfants de sexe féminin victimes d’abus et de violence (sexuelle). Ce centre s’appelle "Reviv". Nous avons choisi ce nom justement pour sa force symbolique. C’est un symbole d’espoir, une façon de dire que la vie n’est pas finie pour ces filles, si la société et nous, les adultes, nous les encadrons et leur apportons le soutien qu’elles méritent.

 

E-L.-Cette clinique-là dont vous parlez, est-elle établie à Kay Fanm?

D.M.-Il ne s’agit pas d’une clinique mais plutôt d’un centre mis sur pied par Kay Fanm. Ceci a été possible grâce au soutien de différentes institutions qui ont apporté leur contribution. Ce centre héberge des enfants qui nous sont confiées par leurs parents pour une durée déterminée, en fonction des cas, en vue de recevoir tous les soins nécessaires ; soins médicaux, psychologiques… et tout encadrement nécessaire. Nous disposons de toute une série de méthodes de travail. D’abord, nous avons dû nous former nous-mêmes au niveau de l’équipe dirigeante pour savoir comment travailler avec ces enfants violentées et les réhabiliter.`

 

E-L.-Vous venez de parler de cas de parents venant eux-mêmes avec leurs enfants à Kay Fanm. Comment ces derniers réagissent-ils aux actes de violence subis par leurs enfants ?

D.M- Je dois vous dire que toutes les personnes qui arrivent chez nous à "Kay Fanm" viennent de par eux-mêmes. Nous n’allons pas les chercher. Première chose à souligner : ceci est le résultat d’un travail de longue haleine effectué par toutes les organisations féministes sur le dossier de la violence. L’information est bien véhiculée et tout le monde sait, quand ces situations se présentent, à qui il faut s’adresser. Kay Fanm est considérée comme l’une de ces institutions. Donc, lorsque ces parents viennent, ce sont des gens qui cherchent de l’aide. Ils ne savent pas nécessairement de manière claire ce qui doit être fait, mais la seule chose, ils savent où trouver des solutions appropriées à leurs cas.

Quand nous les accueillons, nous leurs donnons toutes les explications nécessaires. Nous leur présentons les différents choix possibles. Et, sur la base de l’évaluation des spécialistes qui ont consulté l’enfant, nous faisons des recommandations qui sont discutées avec eux et si nous tombons d’accord, nous les hébergeons (suivant nos capacités également parce que nous ne pouvons pas accueillir une énorme quantité d’enfants et, en principe, un enfant ne peut être gardé au-delà de 6 mois). Dans certains cas, il n’est pas nécessaire de déplacer l’enfant de chez elle.

Pour ces filles violentées, nous avons mis en place un programme avec des psychologues pour des travaux psycho-sociaux bien spécifiques. L’enfant est encadrée, elle s’exprime, elle parle de ce qui s’est passé, elle trouve l’aide nécessaire pour surmonter le traumatisme qui ne constitue pas une mince affaire même pour un adulte, voire pour un enfant. Et surtout, il faut établir une vigilance pour que l’enfant ne se suicide pas ; car elle est tellement dégoutée de ce qui lui est arrivé, qu’il faut lui accorder beaucoup d’attention ; d’autant plus qu’elle est pointée du doigt et fait l’objet de toutes les moqueries… Donc, nous faisons tout ce travail pour que l’enfant ne soit pas déprimée, pour qu’elle reprenne goût à la vie. C’est ce que nous appelons « accompagnement ».

Page 2 sur 10 Toutes les Pages

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
 

Petites Annonces

 
FEMMES RURALES HAЇTIENNES ET NOUVELLE TECHNOLOGIE (VIDEO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
DES FEMMES RURALES HAЇTIENNES VEULENT AVOIR ACCÈS À LA TERRE (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
VOIX DE FEMMES RURALES HAЇTIENNES DÉPOSSÉDÉES DE LEURS TERRES (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE - MOBILISATION DU MPP : JOUR DE L’ENVIRONNEMENT

MPP

À l’occasion du 5 Juin, journée internationale de l’environnement, depuis quelque temps, le MPP (Mouvement Paysan de Papaye), en collaboration avec d’autres organisations paysannes, se mobilise sur la question des semences indigènes et la biodiversité en général. Le 5 Juin 2010, le MPP avait organisé une grande manifestation contre Mosanto qui avait fait don au gouvernement haïtien de semences de maïs hybrides ou OGM (organismes génétiquement modifiés) ; un cadeau empoisonné visant à éliminer les semences locales. Cette marche avait rassemblé plus de 20,000 paysans venus des quatre coins du pays.

Chaque année, le MPP entreprend des activités pour rafraîchir la mémoire sur les semences indigènes dont les paysans sont dépositaires, pour les mettre au service de l’humanité.  Ce sont les paysans et les peuples indigènes qui doivent gérer ces semences pour produire les aliments sains devant nourrir les populations de la planète. Aujourd’hui, les multinationales de l’agrobusiness veulent dépouiller les paysans de ce bien. Et nous autres, nous luttons contre cette machine. Nous défendons le droit à la production et l'utilisation de ces semences.

Les 4 et 5 Juin 2014, au Centre national de formation de cadres paysans de Papaye, les organisations membres du CLOC, de Via Campesina, en l’occurrence le MPP, le MPNKP (Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye), TK (Tèt Kole), avec la participation de KROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est), lanceront une grande mobilisation sur le thème : TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE.

Lire la suite...
 
Conférence sur la République démocratique du Congo et Haïti: Pour la Sagesse et la Paix

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO pour l'encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

CONFÉRENCE DE MARTINE LIBERTINO LE 29 AVRIL 2014

S'affranchir des émotions dans les programmes d'éducation pour la paix et dans l'aide au développement

Bilan et perspectives en République Démocratique du Congo et en Haïti

Le mardi 29 avril 2014 à 19h

Maison des Associations

Salle Rachel Carson

15, rue des Savoises • 1205 Genève

(de la gare : Tram 15 et bus 1)

Entrée libre

Réservation au 022 751 11 20 ou par courrier électronique ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) jusqu'au lundi 28 avril.

Lire la suite...

Pensées sociales

« Le discours ou l’imaginaire de la refondation nationale actuellement en circulation fait référence à la première fondation qui institua la société double non séparée.»
Franklin Midy, sociologue, février 2010

Emission Radio

Écoutez
l’émission radio
d’ENFO-LIEN sur

RADIO KISKEYA

88.5 FM stéréo

DIMANCHE 11H AM- 12H

MARDI 9H - 10H SOIR

JEUDI 9H AM – 10H AM

Capsules

FONDATION FORMATION ET
ÉDUCATION POUR HAΪTI (FFEH)
ffeh_ffea@yahoo.fr

logo ffehServices offerts
▫ Formation d’enseignants axée sur les pédagogies modernes
▫ Vulgarisation de l'approche
‘’Pédagogie du texte’’(PdT)


N.B. Cherche Organismes intéressés à financer la construction et le fonctionnement d'un centre de formation d’enseignants

HAIDEV.NET
wwww.haidev.net
contact@haidev.net
(509) 3776-2053

Le choix de la qualité !


Votre Solution IT:

- Développement
- Base de données
- Systèmes et Reseaux
- Site dynamique
- Emails / Domaine
- Online Backup
- Conseils, Matériels